Une collaboration, un avenir meilleur !

 In Non catégorisé

En plus de fabriquer un produit de qualité, l’usine de production d’Etan en Bosnie-Herzégovine cherche à créer un meilleur avenir pour ses employés. Des employés, dont la vie a été bouleversée par la guerre il y a tout juste deux décennies.

C’est pourquoi j’ai interrogé Ari Verhoeven, directeur général d’Etan Trampolines, SunnyTent et JumpparksEurope, entre autres, sur ces mesures de développement social.

” Des conditions de vie de qualité, telles que nous les connaissons aux Pays-Bas, tel est mon objectif pour mon personnel en Bosnie “, partage Ari. ” Un bon salaire, des possibilités de formation et des possibilités d’évolution en font partie. Par exemple, le directeur de production, qui est avec nous depuis la première année, est maintenant notre directeur. ” Nous encourageons tous nos employés à s’épanouir et à rester ouvert aux opportunités, que ce soit chez nous ou ailleurs. ” dit Ari. Par exemple, des cours d’allemand et d’anglais sont proposés, deux après-midis par semaine. Cependant, le changement n’est pas dans les mœurs en Bosnie mais plutôt ” Je vis en Bosnie et je resterai en Bosnie. “. Cette coutume nécessitait régulièrement une certaine motivation, un coup de pouce d’Ari dans la bonne direction.

Ensuite, un certain nombre de différences culturelles sont entrées en jeu. Une culture d’Europe occidentale se caractérise par une division plus équitable entre les hommes et les femmes. La Bosnie, en tant que pays islamique, est caractérisée par une division claire entre l’homme et la femme, dans laquelle l’homme est supérieur. Une femme ne devrait pas être abordée par un homme étranger et inconnu. ” J’ai parfois reçu un regard interrogateur lorsque je m’adressais directement à l’une des couturières “, raconte Ari. De plus, les Pays-Bas sont caractérisés par une structure d’entreprise horizontale avec une hiérarchie relativement faible. En Bosnie, par contre, on laisse entendre que le directeur ne se trompe jamais. A l’inverse, c’est signe de manque de respect envers son directeur. Malheureusement, cette culture d’entreprise s’accompagne d’un faible retour d’information ou d’une faible contribution de l’employé, souvent le spécialiste. Il a fallu du temps mais l’évolution est visible dans ce domaine également. L’opinion des employés est de plus en plus écoutée. ” Je trouve ce retour essentiel “, dit Ari. ” Après tout, ce sont eux les experts, pas moi “.

Outre les possibilités d’opportunités et la formation des employés, le site de production envisage également des actions visant à réduire les déchets. Les achats sont calculés au millimètre près, les déchets sont utilisés pour l’expédition ou la fabrication d’autres produits. Les couvertures de protection pour les SunnyTents et le kit de réparation pour les trampolines Etan sont des exemples de produits fabriqués à partir de ces déchets.

L’amélioration des conditions de vie sociale n’est pas seulement importante dans l’usine elle-même ; une aide concrète est également apportée aux organisations de Bosnie touchées par la guerre. Par exemple, des dons sont faits aux orphelinats (nourriture, collecte de vêtements et de jouets). ” Cette initiative n’en est qu’à ses débuts à mon avis, mais les plans pour pouvoir en faire plus ont été faits “, dit Ari.

” A quoi ressemble l’avenir en Bosnie ? ” Je demande à Ari. Un groupe de 40 employés, un bon manager, une vue d’ensemble et surtout une équipe. Il n’est pas nécessaire de devenir plus grand mais s’efforcer à devenir meilleur et travailler dans des conditions agréables ” Une usine continuant à innover, même lorsque je devrais m’arrêter “.

 

Recent Posts
0
×